ET SI MINCIR DEMANDAIT UN BON COUP DE FOURCHETTE ?

La femme moderne a vu son statut évoluer, ses horizons s’élargir et ses libertés se multiplier. Pourtant chaque année, lorsque s’approche l’été, se pose à elle la régressive (et agressive !) question de la minceur. Se procurant alors les coûteux ouvrages idoines, pesant les aliments, recensant les calories, inventoriant les interdits, énumérant les kilos perdus, la femme moderne (comme son homologue masculin d’ailleurs) a calculé, et recalculé : il y en a ras la fourchette ! Et si, enfin, on mincissait sans compter ?

Si on faisait le bilan, d’abord ? C’est vrai ça, on connait maintenant les régimes sur les doigts de la fourchette. On a tour à tour tenté de se passer de glucides, choisi de dissocier son alimentation, opté pour les substituts, tout misé sur les protéines et plus récemment, cru pouvoir manger à volonté. Et au final, on a perdu plus que des kilos.

Car malgré sa complexité, le régime quel qu’il soit manque cruellement de saveurs. Privation amère, lassitude bien fade, carences un peu trop corsées, et motivation qui manque de piquant : quand arrive la fin survient surtout la faim, et rares sont les vraies réussites quand la recette de la minceur a à ce point goût de frustration.

Si on faisait preuve de bon sens, après tout ? Des régimes limités dans le temps et dans les résultats, on n’en veut plus ! Alors n’y allons pas avec le dos de la fourchette : choisissons la bonne méthode, et assaisonnons-la de principes diététiques raisonnables. Ajoutons-y un zeste de simplicité, une pointe de logique, saupoudrons de vrais moments de plaisir. Et laissons mijoter le tout…toute la vie ! Question minceur, s’il y a bien un vrai spécialiste, c’est le corps lui-même. Alors, écoutons-le…et suivons son rythme au lieu de vouloir lui imposer le nôtre.

Et si on s’amusait, enfin ? Puisque manger est un plaisir qui doit le rester, faisons du dîner un rituel ludique. Pour ça, misons sur la fourchette : on gagne à tous les coups. Plus besoin de compter, ça se savoure. Oublier les contraintes le reste de la journée, c’est un bonheur qui se croque à pleines dents. Choisir la version qui nous convient : un vrai délice ! Et déguster la simplicité enfantine de cette nouvelle hygiène de vie, sans passer par la case « contraintes », c’est tout simplement un régal.

Et si on vous disait où on veut en venir ? Pas question de mettre dès maintenant les pieds dans le plat ! En mars prochain, le mot « régime » aura disparu de notre vocabulaire…on vous le promet. Pourquoi ? Parce qu’il aura été remplacé par le mot « fourchette ». Le plaisir de manger se choisira à la carte, et la maîtrise de son poids sera au menu chaque soir. Le tout sans efforts, ou presque : la solution sera disponible partout, mais il faudra savoir patienter.

Partager ce conseil :

Laisser un commentaire


Un commentaire Ajouter un conseil ou poser une question

    • Jenny
    • 20 janvier 2011 à 21:57

    Jaii 18ans jen ai marre des vergeture qui commence a ariver sur mei hancge :(
    je fai 65 kg 1Meétre 70