Traditions en Inde

Conseil, astuces et truc pour bien connaître les traditions en Inde

Le henné

Le henné est une teinture qui embellit et colore les cheveux, mais qui est aussi utilisée pour décorer les mains et les pieds.

Il se présente sous forme de poudre que les femmes indiennes diluent dans l’eau afin d’obtenir une sorte de pâte avec laquelle elles tracent des motifs sur la peau, ou qu’elles étalent sur un pochoir. Une fois la pâte sèche, elles rincent la peau et le henné reste imprégné dessus, comme un tatouage qui va s’estomper peu à peu au fil du temps. En moyenne, un tatouage au henné dure 3 semaines, mais tout dépend du pH de la peau, du temps de pose (plus il sera long, plus le tatouage durera) et surtout du climat : s’il fait froid et sec, il restera foncé et durera un peu plus longtemps, alors qu’en présence d’un climat chaud et humide, il s’estompera plus rapidement.

Le sari

Il s’agit de la tenue traditionnelle des femmes indiennes, qu’elles apprennent à revêtir dès leur plus jeune âge. Le sari est une bande de tissu de 5 à 6 mètres de long sur 1m20 de large qui se porte sur un jupon et un corsage serré laissant le ventre visible. Le sari n’est en général porté que par les femmes mariées mais cela peut varier selon la région.

La technique la plus connue pour draper un sari est de glisser le tissu dans la ceinture du jupon en faisant une dizaine de grands plis devant, puis de l’enrouler autour de la taille avant de le passer par-dessus l’épaule gauche. Cependant, là encore, cette technique est différente d’une région à l’autre, d’une caste à l’autre, d’une religion à l’autre, etc.

L’ayurveda
Sous ce nom étrange se cache une science visant à offrir l’harmonie et l’équilibre. Les adeptes de cette doctrine sont partagés, en fonction de leurs caractéristiques physiques, en trois doshas représentant les trois éléments vitaux pour les Indiens : la terre (Kapha), l’air (Vata) et le feu (Pitta). Tous trois sont présents chez tous les individus, mais en quantité plus ou moins importante.

Les doshas représentent en réalité un problème bien précis : une douleur est le signe d’un dérèglement de Vata, une chaleur indique un problème avec Pitta et en cas de grattement, il faut s’intéresser à Kapha.

Chaque dosha est d’abord apaisé puis purifié grâce à des médicaments spécifiques à base de plantes.

Lorsqu’il est impossible de déterminer quel élément est représenté chez une personne, cela signifie qu’elle est en bonne santé.

L’ayurveda est autant un art de vivre et une philosophie, qu’une branche de la médecine. Il aide à la méditation en recommandant la pratique régulière du yoga ou des massages quotidiens, par exemple.

L’hindi et le sanskrit

En Inde, il existe, selon la Constitution, 23 langues officielles, plus de nombreuses langues régionales et un grand nombre de dialectes, soit au total près de 4 000 langues différentes.

Il existe aussi une dizaine d’alphabets différents, le plus connu étant le sanskrit, encore utilisé pour les écritures littéraires, bien que ce soit une langue morte. Le sanskrit est une langue religieuse et était même autrefois appelée « langue des dieux ». Au départ, il s’agissait d’une langue exclusivement orale et son alphabet n’est apparu tardivement, ce qui explique le fait que sa transcription varie d’une région de l’Inde à l’autre, chacune ayant simplement retranscrit les écritures sacrées dans l’alphabet de sa propre langue.

Partager ce conseil :

Laisser un commentaire